Quand emmener un enfant chez un psychologue ?

Certains comportements étranges constatés chez un enfant peuvent créer des soucis à ses parents. Ainsi, après des multiples tentatives de résolution du problème sans résultats positifs, plusieurs se demandent s’il faut consulter un psychologue. Cet article retrace les situations qui nécessitent qu’un enfant soit consulté par un psy.

Changement brusque de comportement

Il n’est pas rare d’entendre certains parents se plaindre du changement brutal des comportements de leurs enfants. Il est vrai que la puberté entraîne certaines modifications de comportements des adolescents. Cependant, certains comportements ne traduisent pas la puberté.

A lire aussi : Organisez une fête d'anniversaire pour enfants inoubliable avec ces astuces imparables

Ainsi, un enfant qui, d’un coup, ne mange plus ni ne parle plus nécessite d’être consulté par un spécialiste. Ce changement de comportement peut être aussi la régression brusque de son rendement scolaire.

Le refus d’aller à l’école

Le refus d’aller à l’école se remarque presque chez tous les enfants de cinq ans. Ceci s’explique par le fait que ces derniers ont du mal à se séparer de leur cadre de vie (parents et maison). Cependant, lorsque cette attitude prend une tournure inexplicable, il y a de fortes chances que l’enfant ait un problème psychologique non identifié, surtout si son âge est supérieur à cinq ans.

Lire également : Conseils pour une alimentation saine et équilibrée des enfants, sans frustration

En effet, il n’est pas rare de voir les enfants qui, normalement ont l’âge d’aller à l’école, refusent brutalement de s’y rendre. D’autres disent ouvertement qu’ils n’iront pas. Certains, malgré leur âge, se comportent comme des bébés. Aussi, l’incapacité de se concentrer à l’école et la somnolence répétitive, sont des signes qui alertent un problème que doit traiter le psychologue.

La colère et une anxiété très forte

Ici, l’enfant se met en colère de façon répétitive et sans raison valable. En plus de sa colère chronique, il est tout le temps stressé et angoissé. Ce qui le rend encore plus violent. Aussi, il peut manifester la violence sur ses frères et sœurs, et même sur les parents. C’est le cas d’un enfant qui se met en rage si ses parents lui interdisent des choses.

Celui-ci devient agité et demeure dans une mauvaise humeur en faisant des crises de colère intense. On peut également noter chez lui des malaises physiques : les maux de ventre, de tête et les maux de cœur. Enfin, on peut remarquer chez l’enfant des réactions excessives par rapport à certains événements.

Cette situation peut même l’amener à éviter la compagnie de tout le monde. D’autres vont jusqu’à refuser même le repas des parents et évitent d’échanger avec qui que ce soit. Dans le pire des cas, ils penseront au meurtre ou au suicide. Toutes ces choses doivent attirer l’attention des parents sur les comportements de leurs enfants.

Comportement violent ou agressif envers les autres ou soi-même

Certains enfants peuvent manifester leur mal-être par un comportement violent ou agressif envers les autres ou eux-mêmes. Ils peuvent se blesser, se griffer, se mordre, voire s’automutiler. Ce genre de comportement peut être lié à une pathologie mentale sérieuse telle que la dépression ou le trouble bipolaire.

Les enfants atteints d’autisme ont également des difficultés à comprendre les signaux sociaux et peuvent donc avoir des réactions inappropriées face aux autres. Certains enfants présentent un comportement explosif et impulsif qui peut être dangereux pour eux-mêmes ainsi que pour autrui. Ces épisodes sont souvent suivis d’un sentiment de honte et/ou de culpabilité.

Il faut surveiller étroitement tout changement soudain dans le comportement ou l’humeur de l’enfant. Si cela est accompagné d’autres symptômes tels qu’une perte d’appétit, des troubles du sommeil, une diminution significative des résultats scolaires ainsi qu’une envie constante d’être seul, il est urgent que les parents sollicitent l’aide professionnelle adaptée.

Il existe plusieurs causes possibles à ces manifestations : traumatisme, maltraitance physique ou psychologique, timidité excessive, situations stressantes prolongées, changement dans la composition familiale (déménagement/divorce…). Les spécialistes recommandent vivement aux parents impliqués d’être attentifs aux signaux envoyés par leurs enfants afin qu’ils puissent obtenir rapidement tous les soins nécessaires.

Rappelons qu’il n’y a pas d’âge minimal pour consulter un psychologue. Les parents peuvent faire appel à cet expert dès que les premiers symptômes apparaissent chez leur enfant. Plus tôt le diagnostic est posé, plus il sera facile de traiter la pathologie et éviter ainsi des conséquences graves pour l’enfant dans sa vie future.

Difficultés à interagir avec les pairs ou des difficultés à nouer des relations sociales saines

Il ne faut pas sous-estimer ces difficultés car cela pourrait sérieusement affecter le développement psychologique et émotionnel de l’enfant. En effet, les interactions sociales sont essentielles dans la vie quotidienne ainsi qu’à l’école où il faut savoir travailler en équipe.

Les parents doivent donc surveiller attentivement leur enfant afin de détecter tout signe indiquant un mal-être social tel que ne pas avoir d’amis proches ou être constamment rejeté par ses pairs, être isolé pendant les pauses déjeuner, avoir peur du regard des autres et/ou éviter toute situation nouvelle qui nécessite une interaction sociale.

Le trouble du spectre autistique (TSA) est également caractérisé par des problèmes sociaux significatifs chez les enfants atteints. Les symptômes incluent une absence apparente d’intérêt pour les autres personnes et un manque généralisé d’empathie.

Si vous remarquez ces comportements chez votre enfant, n’hésitez pas à consulter rapidement un professionnel qualifié tel qu’un psychologue spécialisé dans ce domaine. Ce dernier pourra proposer divers exercices thérapeutiques visant à aider l’enfant à surmonter ses angoisses sociales et mieux comprendre comment interagir harmonieusement avec les autres.

Il est aussi possible d’organiser des activités collectives en dehors du contexte scolaire pour aider l’enfant à développer ses compétences sociales et amicales. Ceci peut inclure des sports, des clubs ou même des sorties culturelles. L’idée est d’avoir une approche positive et ludique afin que l’enfant apprenne tout en s’amusant !