Grossesse interrompue sans fausse couche : comprendre ce phénomène complexe

Beaucoup moins fréquente que la fausse couche (ou plus spécifiquement la fausse couche précoce), la grossesse interrompue sans fausse couche est un phénomène assez particulier. Encore appelée fausse couche tardive, cette interruption de grossesse intervient au deuxième trimestre et est causée par des circonstances complètement différentes des interruptions du premier trimestre.

Découvrez dans cet article sa définition exacte, ses symptômes, ces causes et ses conséquences.

Lire également : Profitez des bienfaits d'une vie de famille active

Grossesse interrompue sans fausse couche : de quoi s’agit-il exactement ?

Il s’agit d’une interruption involontaire de grossesse qui survient entre la 14ème semaine et la 24ème semaine d’aménorrhée en prenant en compte les termes de viabilité du fœtus. C’est donc une situation malheureuse qui survient au cours du deuxième trimestre de la grossesse.

Elle ne doit pas être confondue avec la fausse couche précoce qui intervient au premier trimestre de la grossesse et l’accouchement prématuré qui lui intervient au troisième trimestre de la grossesse. La grossesse interrompue sans fausse couche est un phénomène très rare qui concerne moins de 1% des grossesses.

A voir aussi : Les nombreux bénéfices de partager des activités sportives en famille

Quels sont les signes et les symptômes d’une grossesse interrompue sans fausse couche ?

Ce type d’interruption de grossesse se manifeste par des saignements abondants au niveau du vagin ainsi que des contractions douloureuses de l’utérus. Il arrive parfois qu’elle s’accompagne d’une fissuration de la poche des eaux et par conséquent d’une perte progressive du liquide amniotique.

Dès la moindre alerte (même s’il s’agit d’une légère perte de sang), vous devez consulter un gynécologue de toute urgence.

Quelles sont les causes possibles d’une grossesse interrompue sans fausse couche ?

Grossesse interrompue sans fausse couche comprendre ce phénomène complexe

L’une des causes les plus fréquentes de la fausse couche tardive est la présence d’un col de l’utérus ouvert (on parle d’incompétence cervicale ou encore de béance du col).

Cette interruption de grossesse sans fausse couche peut également être due à une malformation congénitale de l’utérus ou encore d’un traumatisme de l’utérus. Elle peut aussi provenir d’une infection ou d’une inflammation.

Quelle est la durée d’une fausse couche tardive et quelles en sont les étapes ?

L’interruption de grossesse sans fausse couche peut se présenter de deux façons. Dans un premier cas, lorsque l’interruption a déjà lieu, on parle d’expulsion spontanée.

Il faudra alors une échographie pour confirmer que la cavité utérine est vide et que le fœtus a bien été expulsée. Le second cas intervient lorsque la fausse couche tardive est en cours.

L’échographie va permettre de constater l’arrêt de la grossesse du fait de l’absence d’activité cardiaque du fœtus. La patiente doit alors attendre quelques jours pour que l’expulsion se déroule spontanément et naturellement. Un traitement médicamenteux sera nécessaire pour aider le corps de la femme à libérer le fœtus.

Quelles sont les précautions à prendre pour éviter une fausse couche tardive ?

Il arrive bien souvent qu’une femme soit enceinte après une fausse couche tardive bien qu’elle présente un risque élevé d’en faire une autre. C’est pourquoi, il est nécessaire qu’un bilan soit établi et que la femme bénéficie d’une prise en charge adaptée avant toute nouvelle grossesse.

Ce suivi plus rapproché va permettre de rassurer la femme enceinte et ainsi mettre toutes les chances de son côté pour éviter une nouvelle interruption de grossesse.