Pourquoi opter pour la draisienne ?

BMX, VTT, vélo de course ou bicyclette, il existe de nombreux types de vélos. En effet, avant les formes que nous avons aujourd’hui, le vélo en avait bien d’autres. La draisienne est une de ses formes et nous en parlons dans cet article.

Comment fonctionne une draisienne ?

La draisienne, comme le vélo, n’a que deux appuis au sol. C’est le cycliste qui maintient l’équilibre, en utilisant le poids de son corps et la direction du guidon. Lorsque le vélo penche à droite, le cycliste rétablit l’équilibre en se penchant légèrement à gauche, et vice versa. Avec un minimum de vitesse, l’énergie cinétique facilitera la stabilité.

A voir aussi : Qui est l’inventeur de la draisienne ?

Quels sont les éléments techniques d’une draisienne ?

La draisienne n’a ni pédales ni transmission, c’est une sorte de vélo simplifié à l’extrême. Elle est cependant composée d’une partie cycle dont il faut apprécier la qualité :

  • Cadre (celui-ci doit apporter confort, souplesse, rigidité, légèreté).
  • Roues (jantes, roulements, pneus, chambres à air…)
  • Jeu de direction
  • Composants périphériques (selle, tige de selle, guidon…)

Comment l’enfant se déplace-t-il sur une draisienne ?

L’enfant va s’appuyer sur ses pieds pour commencer. Il va successivement poser un pied puis l’autre au sol, en l’amenant d’avant en arrière. Cela qui va progressivement donner de la vitesse à la draisienne. Une fois lancée, il suffit de relever les pieds ou de les regrouper sous son corps. Ceci pour pouvoir profiter pleinement de la sensation de glisse.

A lire en complément : Pourquoi un psychologue pour enfant ?

Quel est l’intérêt d’une draisienne ?

La draisienne a plusieurs intérêts parmi lesquels on peut citer :

L’équilibre de l’apprentissage

C’est le principal argument des parents qui choisissent une draisienne. L’enfant, sans s’en rendre compte, va rétablir l’équilibre avec le poids de son corps et les mouvements du guidon. Il pourra ainsi passer sans difficulté sur un vélo, après avoir acquis l’équilibre dès son plus jeune âge.

Développement des réflexes

L’utilisation de la draisienne stimule l’enfant et l’incite à gérer en douceur le déplacement du poids de son corps. C’est aussi l’occasion d’apprendre à gérer la direction, la vitesse et le passage de l’arrêt au mouvement ou l’inverse. L’enfant pourra également tester ses propres limites. Il pourra prendre des risques mesurés afin de prendre confiance en ses capacités physiques.

Apprendre à être autonome

C’est aussi la première fois que l’enfant s’éloigne de ses parents aussi rapidement. Cette distance est une nouveauté pour son âge. Il était habitué à se déplacer à un rythme lent jusqu’à présent. Et pour les parents ? C’est aussi le moment de préparer les débuts de l’autonomie, qui se poursuit ensuite avec l’utilisation du vélo.

La draisienne recommandée dans les programmes de l’Éducation nationale

En septembre 2015, la draisienne apparaît dans les programmes scolaires de l’école maternelle (cycle 1). Son utilisation est recommandée pour développer l’équilibre de l’enfant. En utilisant des engins roulants et glissants, il est possible de stimuler le travail de rééquilibrage de l’enfant.